Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Des pointes de vitesse à plus de 250 km/h, des photos et vidéos du compteur prises avec un téléphone portable… Et de très nombreuses publications sur l’application Snapchat. Tout cela durant plusieurs mois depuis l’an dernier.

Un Héraultais de 26 ans a été arrêté mercredi et placé en garde à vue par les gendarmes de Lunel, avant d’être déféré au parquet de Montpellier, ce vendredi après-midi, puis jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel. Chef d’une petite entreprise et résidant chez ses parents, rue de Verdun à Lunel, il filmait ses excès de vitesse principalement sur des routes secondaires de l’Hérault, avant de les diffuser sur Snapchat, la célèbre application aux messages éphémères.

Si les cyber-infractions sont nouvelles et restent rares à la barre du tribunal de grande instance de Montpellier, les militaires de la brigade de gendarmerie de Lunel n’ont pas reculé et ont réussi à mettre fin à d’importants délits routiers.

160km/h au dessus de la limite autorisée

Les vidéos récupérées par les enquêteurs, malgré le caractère éphémère de celles-ci, ont été communiquées aux juges à la demande du procureur. Les images sont effroyables : sur des routes locales, notamment entre la Grande-Motte et Lunel, de jour comme de nuit, l’individu au volant d’un puissant SUV de marque Mercedes-Benz ML-350, avec plus de 200 chevaux sous le capot, filmait et diffusait ses délits.

Sur l’une des très nombreuses vidéos, les gendarmes ont constaté que le compteur de son véhicule affichait 199km/h au lieu de 90. Sur une autre, il circulait à 161km/h au lieu de 90 en contresens et un coup de volant à évité le pire avec un véhicule arrivant en face. Très souvent, il se filmait en sens inverse, « brûlant » des feux rouges, dépassant par la droite et la gauche de manière dangereuse, tout en commentant ses « exploits » et son attachement particulier pour le code de la route –« On s’en bat les couilles du code de la route »-, ou encore, « rouler à 250km/h au lieu de 90… ».

Les juges plus sévères que le procureur

Téléphone en main, jusqu’à 160km/h au dessus de la limite autorisée, rien ne semblait arrêter ce chauffard jugé pour les délits présumés de mise en danger d’autrui avec risque immédiat de mort ou d’infirmité, entrave à la circulation des véhicules, détention non autorisée et usage illicite de stupéfiants.

Après délibéré, ce soir, le tribunal est allé au-delà des réquisitions du procureur Nicolas Brignol -il a requis 6 mois ferme-, puisque il a été condamné à la peine de neuf mois de prison ferme, à 3 000 euros d’amende, à la confiscation définitive de son véhicule -valeur de 35’000 €- et à l’annulation de son permis de conduire et à l’interdiction de le repasser pendant une durée de deux ans.

Une condamnation qui n’est pas assortie d’un mandat de dépôt. Le Lunellois a donc quitté libre, le palais de justice. Un juge de l’application des peines -JAP- le convoquera bientôt pour qu’il exécute sa peine.

Le véhicule du chauffard a été saisi. Photo D.R.

More to explorer

Hérault : il diffusait ses excès de vitesse sur Snapchat

Réactions