Municipales à Perpignan : Olivier Amiel joue la carte de la sécurité

Par - 18 novembre 2019 à 01:06

Lors de l’inauguration de sa permanence située au 78 avenue du Général de Gaulle à Perpignan, Olivier Amiel a joué la carte de la sécurité et de la tolérance zéro. L’actuel trésorier départemental des Républicains dans les Pyrénées-Orientales et candidat à la succession de Jean-Marc Pujol, n’a pas hésité à employer des termes forts. « On va pourrir la vie de ceux qui nous la pourrisse depuis bien longtemps », a-t-il assuré à ses sympathisants, venus très nombreux samedi matin.

Quelques minutes seulement après le début de son discours, Olivier Amiel a abordé l’insécurité à Perpignan et a dégainé ses propositions. Le candidat promet de rapprocher la police municipale de ses habitants, en créant des bureaux de quartier et en retournant à la sectorisation. Il souhaite également des patrouilles de jour, mais aussi la nuit, évoquant un service en 24h/24. Actuellement, ils arrêtent à 2 heures. « Avoir une police de proximité, peut permettre d’agir très rapidement en matière de sécurité et de tranquillité publique » estime-t-il.

Tolérance zéro

« La prudence excessive d’un préfet ou d’un procureur, qui ouvre toujours le parapluie et qui essaie à chaque fois d’acheter la paix sociale, n’aura pas de poids face à la légitimité d’un maire et de son équipe, qui vient d’avoir le suffrage du peuple. On aura cette légitimité pour aller jusqu’au bout sur la tolérance zéro » a-t-il ajouté lors de son discours. Sur son affiche, il a décidé d’inscrire trois grands axes pour sa campagne, dont celui de la pacification. Un terme « trop guerrier » qui lui a été reproché, mais sûr de lui, il n’a pas hésité à surenchérir. « Je le trouve même trop faible », ajoute Olivier Amiel, assurant que lui et son équipe vont « pourrir la vie de ceux qui nous (les perpignanais, NDLR) la pourrisse ».

La sécurité est la priorité des Français pour les municipales 2020, selon un sondage de nos confrères de L’Union. Lors de son discours, Olivier Amiel a salué à ses côtés Robert Folcher, qui a été nommé à titre honoraire contrôleur général de la police nationale. Ce dernier avait dirigé pendant sept années, la direction départementale de la police nationale dans les Pyrénées-Orientales, avant d’occuper un poste au sein du cabinet du ministère de l’Intérieur.


Réactions

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués*



Perpignan

102 FM

En ce moment

Title

Artist

Background